Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 janvier 2013 7 20 /01 /janvier /2013 14:15

Comme je l’ai dit précédemment, on pouvait penser, après la parution du douzième opus de la série, Le jugement, que Van Hamme et Vance en avaient fait le tour. Certes, il restait quelques mystères en suspens mais tous les mystères sont-ils appelés à être résolus ?

 

En guise de conclusion, le treizième volume de la série se présente comme une enquête. Reprenant les épisodes précédents pour en faire un condensé. Enumérant les différentes intrigues dans l’intrigue, listant et décrivant les personnages apparaissant à un moment ou un autre dans l’histoire. The XIII mystery : l’enquête pouvait apparaitre lors de sa parution, en 1999, comme une tentative d’épuisement du sujet. Une tentative d’épuisement par les auteurs The XIII mystery l'enquête (Dargaud, 1999)eux-mêmes.

Cette compilation de tout ce qui a fait la série jusque là prend la forme d’un travail journalistique. A partir des rares éléments qui ont pu échapper à la vigilance des services secrets, deux journalistes se sont lancés sur la piste de XIII, mystérieux personnage au cœur de certaines des affaires ayant défrayé l’actualité les années précédentes. En parallèle des dossiers compilés, une douzaine allant du clan Sheridan à la personnalité même de XIII, nous suivons la fuite d’un des deux journalistes après l’exécution de son partenaire.

Une forme originale pour reprendre une série qui s’essouffle quelque peu… Qui se répète. Avec chaque dossier, nous avons droit à de vrais morceaux d’histoire des personnages évoqués, des vrais morceaux éclairant un peu plus chacun d’entre eux…

Au travers de ce qui pouvait paraître comme une conclusion, pointe un nouvel élan. L’histoire de XIII va-t-elle rester secrète ou éclore et éclabousser sérieusement quelques pontes ? Un autre personnage, instrument de la relance va également faire le lien avec les épisodes suivants…

 

En 2000 arrive sur les étales Secret défense. Nous retrouvons en couverture Jessica Martin, celle-là même qui avait conclu l’opus précédent…

XIII est au secret, personnage gênant pour le pouvoir en place comme pour les précédents. Sachant trop de choses.Secret défense (Dargaud, 2000) Ses alliés sont contraints à l’exil et ne peuvent lui venir en aide… Ce qui peut encore le sauver, ce sont les rivalités entre services secrets plus ou moins officiels et organisations criminelles et les haines qu’il a pu déclencher chez les uns et les autres…

Ce quatorzième épisode des aventures de Jason MacLane est une chasse à l’homme. XIII fuit ceux qui veulent l’exécuter. Il s’agit d’un exercice rythmé, maîtrisé, mais ressemblant avant tout à un exercice de style… Des rebondissements comme on en voit habituellement dans ce type d’aventures. Rien ne manque.

Mais la chasse à l’homme ne se conclut pas à la fin de l’épisode, elle se poursuit de plus belle dans le numéro suivant.

 

C’est en 2002 que la série se poursuit avec Lâchez les chiens !.

La chasse à l’homme n’est pas finie et Van Hamme et Vance approfondissent le personnage de Jessica Martin. La principale poursuivante de XIII travaillant sur deux tableaux, services secrets et organisation criminelle. Ce personnage Lachez les chiens (Dargaud, 2002)confirme que nous sommes bien toujours dans la même série. Elle apparaîtrait même comme une tentative de rattrapage d’un personnage qui n’a pas eu la place que les auteurs auraient pu lui donner dans l’histoire.

Jessica Martin est, en effet, une femme qui s’est trouvé embringuée dans les services secrets faute de mieux. Devenue la maîtresse de son patron, elle en est également devenu l’un de ses bras armés. Malgré elle. Et elle le dit comme Betty Barnowski l’avait dit avant elle dans SPADS, “tout ce qu’[elle] sait faire, c’est tuer sur commande, de cinquante manières différentes”.

On découvre également qu’elle en sait pas mal sur XIII et sur le pourquoi de son départ pour Cuba et de son entraînement là-bas, l’ayant conduit ensuite à devenir El Cascador.

La série connaît un nouvel élan même si pour la relancer, il aura fallu pas moins de trois volumes…

 

En 2004, la suite de la série va se pencher sur une des dernières énigmes non résolues jusque là, à savoir celle du trésor caché par les ancêtres de XIII. C’est Opération Montecristo qui ouvre le diptyque

XIII est parvenu à échapper à ceux qui le poursuivaient et à rejoindre ses amis… Ils se trouvent entraînés à sa suite carOpération Montecristo (Dargaud, 2004) les frontières n’arrêtent pas forcément certaines polices secrètes. Ils sont tous de retour au Costa Verde. Mais le pays doit se soumettre à une demande des Etats-Unis qui veut récupérer la bande de “traîtres” que forme MacLane et ses amis. L’occasion se présente de dénicher la dernière montre d’argent (celle des Trois montres d’argent) et d’ainsi, connaître l’emplacement exact du coffre dérobé par les aïeux de MacLane et Mullway.

Parallèlement à cette recherche, on assiste, une fois de plus, à la lutte entre pays riches et pays pauvres, au chantage auquel les premiers peuvent soumettre les deuxièmes. Une fois de plus…

Les ressorts habituels sont utilisés encore et encore…

Avec cet opus et le suivant, j’avoue avoir frôlé la saturation.

 

Le suivant, L’or de Maximilien paraît en 2005.

On atteint la fin de cette recherche du trésor tandis qu’aux Etats-Unis, les affaires se corsent, la vérité se fait de plus en L'or de Maximilien (Dargaud, 2005)plus difficile à cacher et les politiques ne savent plus sur quel pied danser. Continuer à cacher les faits ou les exposer définitivement au grand jour.

Nous alternons entre l’aventure de XIII, la recherche du trésor, et les interrogations suscitées aux Etats-Unis.

Ce n’est pas l’opus qui m’a le plu convaincu, comme je l’ai déjà dit. Je l’ai lu pourtant. Et j’ai même continué à lire la série.

Arrivé au dix-septième opus de la série, c’est comme si elle était devenue incontournable. L’envie d’en savoir toujours plus dans cet univers que j’avais parcouru de long en large a maintenu mon intérêt. L’envie et certainement une certaine qualité du contenu. Même si certains aspects de cette aventure au long court m’ont moins touché.

 

Les deux albums suivants, ceux qui concluront la série vue par Van Hamme et Vance avant de passer le relais à d’autres, présentent un réel intérêt. Un intérêt qui ne m’a en rien fait regretter d’avoir suivi l’aventure jusque là, bien au contraire. La série est devenue si riche que la conclusion par ses auteurs pouvait présenter de l’intérêt. L’utilisation de ce qu’ils avaient créé, se citant eux-mêmes, permet d’aborder une forme de fiction qu’ils avaient jusqu’ici effleurée… Mais avant la conclusion, la collaboration exceptionnelle de Jean Giraud allait donner l’un des numéros les plus intéressants de la série…

Partager cet article

Repost 0
Published by Jérôme Jukal - dans XIII
commenter cet article

commentaires

Willow 24/01/2013 16:53

Un duo d'artistes que j'aime bien. J'adore les plans visuels de Vance ;O)

Jérôme Jukal 24/01/2013 18:13



Bonjour Willow,


Il est effectivement à souligner que Vance, dans ses dessins des paysages nord-américains, urbains ou non, a donné une dimension intéressante à cette saga. Il a également exploré les paysages
d'Amérique centrale et proposé un trait de crayon emprunt d'un certain classicisme, amenant une force à l'histoire qui nous était contée.


Ce duo semble avoir pris plaisir à explorer cette histoire... ce plaisir nous touche aussi.



Présentation

  • : Mœurs Noires
  • Mœurs Noires
  • : Impressions de lectures d'un amateur de romans plutôt noirs mais pas que
  • Contact

Pour une lecture sans parasites

Quelques publicités indépendantes de ma volonté s'affichent désormais sur mon blog.

Si vous voulez profiter d'une lecture débarrassée de ces nuisances, vous pouvez télécharger Adblock Edge (il existe également pour Google Chrome).

Pour ne pas être pistés par les cookies, il existe Ghostery.

Pour ne plus redouter une perte de confidentialité, le navigateur SRWare Iron peut être une alternative intéressante à Google Chrome...

 

Bonne lecture !

Recherche