Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 décembre 2013 7 08 /12 /décembre /2013 17:09

En 1993, toujours au rythme d’une par an, paraît la mission suivante de Neal Carey, Way down on the High Lonely. Elle nous parviendra cinq ans plus tard sous le titre Au plus bas des Hautes Solitudes, traduit une nouvelle fois par Philippe Loubat-Delranc.

 

Le prologue est comme les précédents. P’pa reprend contact avec Neal. Cette fois, cela aura été encore plus compliqué, puisqu’il s’agit dans le même temps d’obtenir la liberté pour notre héro récurrent, maintenu isolé dans un monastère chinois sur les contreforts de l’Himalaya. Mais, aux “amis de la famille”, rien n’est impossible. Joe Graham le ramène vers les bienfaits de la civilisation pour reprendre le cours de sa vie. Une mission et les études.

Au plus bas des Hautes Solitudes (Gallimard, 1993)Il s’agit pour l’heure de retrouver un gamin que son père a enlevé à sa mère. Une mère, Anne Kelley, productrice à Hollywood, et un père, Harley McCall, cow-boy expatrié par amour dans la ville du cinéma… Seulement, McCall n’est plus à Los Angeles, il a regagné des contrées qui lui conviennent mieux. Neal a juste le temps de goûter au confort d’un hôtel de luxe qu’il doit déjà repartir. Pour la Californie, on verra plus tard. Il est accompagné par quelques uns des amis de la famille, l’affaire paraissant quasiment bouclée, la trace de McCall retrouvée dans une petite ville d’Arizona. Les choses ne s’avèrent bien sûr pas si simples. Et quand les amis de la famille décident de rentrer à New York, Neal désobéit une nouvelle fois pour reprendre l’affaire en solo, en faisant presque une croisade personnelle puisqu’il a compris entre temps que le père s’était laissé embringué par un groupuscule proche des survivalistes, extrémistes de l’intérieur prêts à renverser un gouvernement qu’ils décrivent comme étant aux mains des juifs et des nègres…

Le parcours de Neal le conduit d’un ranch plus proche du bordel que de l’élevage à une vallée non loin d’Austin, Nevada. Une vallée isolée tant par sa situation géographique, en altitude, que par le climat qui en découle. Une vallée répondant au nom plein de promesses de Hautes Solitudes. C’est là que Neal pense être le plus proche de Cody, l’enfant disparu. Il s’installe chez les Mills, non loin d’un autre ranch, celui de Bob Hansen qui se révèle être membre de “l’église de la véritable identité chrétienne”, comme Harley McCall, et même l’un des responsables des Fils de Seth, une branche armée de cette même église.

 

Les aventures de Neal Carey, avatar de Tintin en plus sexué, ont, pour cet épisode, des allures de western. Il prend, comme d’habitude, sa mission tellement à cœur que les “amis de la famille” se voient contraint de lui emboiter le pas. Neal Carey est toujours insaisissable, à la recherche de son identité. Son passé ne l’aidant pas dans cette quête. Alors, après l’Angleterre, la Chine Populaire, le voici frayant avec une certaine tendance de son pays, l’ennemi existant aussi en son sein…

Ça canarde, ça se bagarre, ça trahit. Mais, dans le même temps, ça s’avère plus profond que ça en a l’air. Pas trop profond, je vous rassure, mais riche quand même… avec ce qu’il faut d’humour pour alléger le tout.

Neal Carey n’est pas au bout de ses peines puisqu’il va revenir avec une mission au titre toujours aussi savoureux.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jérôme Jukal - dans Winslow Don
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Mœurs Noires
  • Mœurs Noires
  • : Impressions de lectures d'un amateur de romans plutôt noirs mais pas que
  • Contact

Pour une lecture sans parasites

Quelques publicités indépendantes de ma volonté s'affichent désormais sur mon blog.

Si vous voulez profiter d'une lecture débarrassée de ces nuisances, vous pouvez télécharger Adblock Edge (il existe également pour Google Chrome).

Pour ne pas être pistés par les cookies, il existe Ghostery.

Pour ne plus redouter une perte de confidentialité, le navigateur SRWare Iron peut être une alternative intéressante à Google Chrome...

 

Bonne lecture !

Recherche